Stella à présent

Moi et ma tite famille, tout simplement...

vendredi 13 janvier 2006

Fatiguée...

vaches017

Je trouve enfin un petit moment pour écrire... Ça fait du bien!

Stella qui écrit = Stella qui se repose. C'est bien non?

J'ai encore une tonne de lessive en retard, des papiers à faire, des factures à payer avant que la police ne vienne me chercher lol, mais je suis FRA-CA-SSEE...

Je me repose avant de repartir chercher les petits.
Mes jambes déconnent.
Ça faisait longtemps.
Je pense avoir largement dépassé les limites de mon petit corps.

Je ne suis pas une maman normale.
Voir ancienne note --> .
J'ai une jambe qui ne fonctionne qu'à moitié en temps normal, mais si je ne fais pas attention et que je ne me repose pas assez, la jambe gauche deviens hors d'usage et la jambe droite me fait terriblement souffrir.

Peut-être devrais-je aller voir mon neurologue?
Il me prescrirait de la cortisone en masse en attendant une hypothétique IRM pour voir ce qu'il se passe encore du côté de ma moelle...
Mais le temps de prendre ce putain de rendez-vous, de laisser mon visage s'enfler de ce médicament de merde, d'arriver enfin au jour de cette IRM débile qui nous dira que oh! Mais tout va bien! (logique, la cortisone aura déjà agi!); j'aurais eu le temps de me reposer, de me calmer et de prier pour que ça passe...

15 mois.
15 mois que je n'ai eu recours à aucun médicament.
15 mois que j'espère n'avoir jamais été malade...
Que je me crois normale.
J'essaie de tout prendre avec humour.
Lorsque je pose ma carte d'handicapée derrière mon pare-brise, ça me bouffe.
Je n'aime pas revendiquer cet état.
Mais il faut être raisonnable, n'est-ce pas?
Ne pas marcher sur de longues distances, ne pas courir, ne pas sauter, ne pas faire de sport...
En novembre dernier, j'ai emmené ma grande à la patinoire.
J'ai patiné, mais ce n'était plus comme avant, non, mes jambes, c'était les jambes d'une autre, mais pas les miennes.
Je l'ai payé.
Pendant plusieurs jours.
Des douleurs violentes.
J'ai souffert en silence de peur d'alarmer mes proches.
Surtout Loulou.
Il a toujours peur de me laisser faire "des folies".
Des fois il se fâche.
Je me vexe.
Mais il a peur.

J'ai toujours énormément patiné.
Avant j'avais des patins de hockey, de beaux patins.
Ils m'avaient coûtés un mois de paie.
La seule chose qui ait réussi à me faire économiser...
Je les ai jeté.
Il y a 2 ou 3 ans je ne sais plus.
Quand je pense à ma longue période en fauteuil roulant, je ne veux pas compter.
Je m'imagine que c'était dans une autre vie...

On déménageait (encore!) et ma Maman m'aidait à trier et ranger les cartons.
Elle sortit mes patins du haut d'un placard.
Je lui dis de les jeter.
Que je n'en aurais plus besoin.
Elle me regarda, le regard plein de tristesse.
Je lui dis que de les avoir me soulignait le fait que je ne pourrais probablement plus me servir de mes jambes.

Je voudrais que tout soit comme avant. Que cette merde qui ronge mon corps m'oublie une bonne fois pour toute...

J'aime pas me plaindre.
J'aime pas mettre le doigt là où ça fait mal.
J'aime pas remuer le couteau dans la plaie.
J'aime pas passer pour une faible.

Je vais me mettre en colère une bonne fois pour toute.
Et redémarrer.
Ne pas me laisser aller.
Je sais que le côté "psy" y est pour beaucoup.
J'en suis absolument consciente.
Je maîtrise "la chose" depuis un long moment déjà et en me persuadant que je ne suis pas malade, je le suis moins...
Magique, nan?

Ne pas paniquer.
Rester zen.
Être plus forte et plus maligne que toute cette merde.

Je n'aime pas en parler, j'ai l'impression de me mettre à nue.
Suis-je trop fière?
Bon je vous laisse, je vais me rhabiller...

7

Posté par Tochetoche à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire